Avis Eau janvier 2015

Ces derniers jours, vous avez pu remarquer que votre eau sentait le chlore. Ceci est dû au fait que nous avons relevé quelques impuretés lors des dernières analyses d'eau potable du réservoir d'Oberpallen. Vu qu'il n'était pas facile de déterminer si ces impurtetés venaient du réservoir même ou de conduites connexes, nous avons préventivement chloré tout le réservoir du "Raatzknapp" (le réservoir qui dessert toute la commune). Nous avons ajouté une quantité minimale de chlore (250 ml dilués pour 500.000 l d'eau), quantité tout à fait inoffensive pour notre organisme. Même avec des quantités très minimales, les évaporations d'eau peuvent fortement sentir le chlore et engendrer des inquiétudes chez les consommateurs. Il ne s'agit ici que d'une action unique et l'apport constante d'eau nouvelle continuera de diluer l'apport de chlore jusqu'à sa disparition totale. Nous espérons pouvoir compter sur votre compréhension.

Analyses du 20.01.2015

Dass dëser Deeg Drénkwaasser an eiser Gemeng no Chlor gericht huet, ass dorop zeréckzeféieren, dass mir zu Uewerpallen am Behälter eng minimal Veronrengegung duerch Analyse festgestallt hunn. Well mir direkt nit konnte feststellen op déi Verschmotzung duerch d’Zoulaafleitung oder am Baseng selwer entstan ass, hu mir präventiv och de Baseng um Raatzknapp (de Baseng den déi ganz Gemeng speist) chloréiert. Dobäi goufen 250 ml Chlor op 500‘000 l Waasser verdënnt abruecht, wat deemno eng onbedenklech Konzentratioun duerstellt, an natierlech ongeféierlech fir eisen Organismus ass. Och bei esou geréng Konzentratioune kenn een duerch d’Verstäubung vum Waasser de Chlor ower séier richen an et kennt engem méi dramatesch fir. Et wor dëst just eng eemoleg Aktioun an d’Waasser dierft mëttlerweil nit méi no Chlor riche well d’Frëschwaasser, wat noleeft, dat ganz ëmmer méi verdënnt bis dass näischt méi bleift. Mir hoffen dir hutt Verständnes fir dëst Verhalen.

 

Les eaux de Beckerich

Une histoire...

L'histoire commence avec un employé communal qui trouvait l'eau de Beckerich au moins aussi bonne, sinon meilleure, que celle d'une ville française bien connue. L'histoire continue grâce à la détermination d'un bourgmestre, Jos Seyler, qui travaillait à l'époque dans un laboratoire et qui a fait analyser l'eau des sources «Roxane Hovelange» et «Moelleschbour».

L'histoire commence avec un employé communal qui trouvait l'eau de Beckerich au moins aussi bonne, sinon meilleure, que celle d'une ville française bien connue. L'histoire continue grâce à la détermination d'un bourgmestre, Jos Seyler, qui travaillait à l'époque dans un laboratoire et qui a fait analyser l'eau des sources «Roxane Hovelange» et «Moelleschbour».

La première a été reconnue le 12 mars 1986 comme eau de source, et la deuxième comme eau minérale le 12 novembre 1984.

Il s'agit d'eau faiblement minéralisée, adaptée aux nourrissons et recommandée pour les reins.

C'est dans les années 80, pendant près de quatre années, que Jos Seyler et ses deux échevins, Camille Gira et Lucien Bertemes, aujourd'hui directeur de l'entreprise, ont préparé et peaufiné leur projet industriel.

En 1985, lors du salon de l'embouteillage de Paris, Jos Seyler fait la connaissance de Pierre Papillaud, président directeur général de l'entreprise Roxanne, qui exploite plus de trente sources en France.

La société «Eaux Minérales de Beckerich», dont la commune est toujours actionnaire, a été créée le 19 juillet 1985.

En 2000, un nouveau forage reconnu le 21 janvier 2000 comme eau minérale a été mis en exploitation.

En 2006, la société a fêté son 20e anniversaire en présence du Prince Guillaume et de la Princesse Sibilla.

...et un avenir

En 2008, un nouveau forage de reconnaissance a été réalisé. Celui-ci a permis d'augmenter notre potentiel en eau.

Aujourd'hui, le site des eaux minérales se compose de trois sociétés: «Eaux Minérales de Beckerich», «Eaux gazéifiées de Beckerich» et «Beckerich préformes».

La production annuelle du site dépasse les 200 millions de bouteilles. Elle comprend des eaux Ophélie, Beckerich et Cristaline ainsi que des marques distributeur. 90 % de l'eau de Beckerich est exportée vers la France, la Belgique, l'Allemagne, l'Angleterre et l'Irlande. Raymond Munhowen, responsable commercial pour le Luxembourg, nous explique qu'au niveau national, les eaux de Beckerich représentent 28 % de part de marché, ce qui est plus qu'honorable vu la concurrence du secteur. 

L'eau de Beckerich est une eau minérale naturelle, faiblement minéralisée. Elle convient pour un régime faible en sels et l'alimentation des nourrissons.

Un produit totalement luxembourgeois

Lorsque l'on achète une eau de Beckerich, il n'y a pas que l'eau qui est luxembourgeoise. Grâce à la société «Beckerich préformes», les bouteilles de Beckerich sont fabriquées sur place. L'emballage et le domaine environnemental tenant particulièrement au coeur de l'équipe dirigeante, maîtriser la production des bouteilles lui permet de limiter efficacement les émissions de CO2 et d'offrir le produit le plus naturel qui soit, à savoir l'eau, dans les conditions les plus écologiques possibles. Non seulement l'eau de Beckerich est bonne pour la santé et respectueuse de l'environnement, mais en plus, elle est parmi les moins chère du marché.

macommune.lu